Histoire 

Plus de huit décennies de développement

L'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) a vu le jour en 1916, en pleine guerre mondiale, sous l'égide de la Nouvelle Société helvétique (NSH). La NSH, fondée deux ans plus tôt, réalisait ainsi l'un de ses principaux objectifs, à savoir: tisser des liens plus étroits entre les Suisses de l'étranger et leur patrie et de leur permettre de participer davantage à la vie nationale.

 

L'"oeuvre des Suisses de l'étranger" se cristallisa tout d'abord autour des groupes de la NSH fondés à l'étranger par les principales communautés de Suisses de l'étranger. Pour traiter spécifiquement les questions touchant la diaspora suisse, la Commission des Suisses de l'étranger de la NSH, précurseur de l'actuel Conseil des Suisses de l'étranger, fut instituée en 1917. En avril 1918 fut organisée, dans le cadre de la Foire des échantillons de Bâle, la première Journée des Suisses de l'étranger: la tradition des Congrès annuels des Suisses de l'étranger était née.

 

Peu après la fin de la guerre, en 1919, un secrétariat permanent fut ouvert à Genève. En 1923, le Secrétariat des Suisses de l'étranger fut transféré à Fribourg. En 1928, c'est à Berne, dans la capitale, qu'il s'installait. C'est là qu'il se trouve depuis mai 1957, à l'Alpenstrasse 26, dans ses propres murs grâce à un legs généreux.

 

De l'aide au retour dans la patrie à une vaste palette de prestations de services

Au fil du temps, le champ des activités de l'OSE a dû constamment s'adapter à de nouveaux défis. Au début, l'accent fut mis sur l'aide au retour dans la patrie; il s'agissait notamment d'assister des compatriotes qui avaient perdu leurs moyens d'existence à la suite de guerre et de révolution. Jusqu'à la création de la Fondation culturelle Pro Helvetia, après la seconde guerre mondiale, la diffusion de la culture suisse à l'étranger constituait également l'un des principaux volets de l'activité de l'OSE. Et l'information des Suisses de l'étranger fut toujours mise au premier plan. Pendant 60 ans, le mensuel "Echo" fut publié dans ce but. Depuis 1970, l'OSE publie, en collaboration avec le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), la «Revue suisse».

 

En 1958 fut créé le Fonds de solidarité des Suisses de l'étranger, connu aujourd'hui sous le nom de "Soliswiss", institution apparentée de l'OSE, organisation d'entraide permettant de s'assurer contre la perte de ses moyens d'existence à l'étranger en raison d'événements politiques. Les efforts déployés en vue de l'amélioration du statut juridique des Suisses de l'étranger furent couronnés de succès avec l'inscription, en 1966, de la "Cinquième Suisse" dans la constitution fédérale (article 45bis; aujourd'hui art. 40 cst). De tout temps, le noyau central des activités a été constitué par le conseil, l'assistance et le soutien individuels de nos compatriotes à l'étranger.

 

En mars 1989, la NSH accorda à son institution affiliée dont les activités étaient couronnées de succès l'indépendance juridique sous la forme d'une fondation de droit privé. Celle-ci est soumise à la surveillance des fondations assurée par la Confédération.

 

Les archives de l'OSE sont entreposées auprès des Archives fédérales.